CEFEP blog technique

« Endiguer » les risques bactériens

Minimiser les risques pour la santé : les matériaux isolants techniques en élastomères flexibles (FEF) et en polyéthylène (PEF) soutiennent la prévention en matière de santé dans le domaine du chauffage et sanitaire. En ce qui concerne l’alimentation en eau potable, une isolation correcte des tuyauteries lutte contre les agents pathogènes bactériens. « Les légionelles prolifèrent souvent très rapidement dans l’eau stagnante de 25 à 60° Celsius », explique Georg Eleftheriadis, président de l’association professionnelle européenne CEFEP (Celle). « Les mousses thermo-isolantes en FEF et PEF évitent les fluctuations de température dangereuses et assurent ainsi la qualité et la pureté de l’eau potable. » Grâce à leur frein-vapeur intégré, les matériaux isolants à cellules fermées protègent durablement les conduites contre l’imprégnation d’humidité et les pertes d’énergie.

Des normes de qualité élevées et une loi stricte sur la pureté réglementent l’utilisation de l’eau potable dans l’Union européenne. La norme UE EN 806 impose des mesures d’exploitation, de construction et de procédé à mettre en œuvre pour garantir de l’eau potable propre. Le développement des légionelles et des bactéries est favorisé à des températures comprises entre 25 et environ 60° Celsius, que ce soit dans les conduites d’eau chaude ou d’eau froide. Inhalées sous forme de gouttelettes en suspension, les légionelles peuvent entraîner une pneumonie. « Pour empêcher une contamination microbienne, les conduites chaudes et froides doivent notamment être correctement isolées l’une de l’autre par une isolation technique », explique Georg Eleftheriadis, président du groupement d’intérêt européen CEFEP.

Une isolation fiable comme protection contre la contamination

Une isolation dans les règles de l’art protège efficacement les conduites d’eau chaude et froide contre une mauvaise mise à température. Elle contribue, selon EN 806-2, à empêcher le refroidissement de la conduite d’eau chaude sous 60° Celsius et le réchauffement de l’eau froide à plus de 25° Celsius. Il faut vérifier par principe si l’épaisseur du matériau isolant a été déterminée correctement. Ce faisant, il faut également tenir compte de facteurs d’influence essentiels tels que l’humidité de l’air, la température ambiante et la température de l’installation. Plus la conductivité thermique est faible, plus l’isolation pourra être fine. Il faut éviter ce faisant une imprégnation d’humidité des matériaux isolants, étant donné que dans le cas contraire les propriétés isolantes du matériau sont altérées. Les matériaux à cellules fermées comme les mousses techniques en élastomères flexibles (FEF) et en polyéthylène (PEF) donnent de bons résultats, surtout au niveau des conduites d’eau froide sanitaires. En effet, si la température de service des conduites est inférieure à celle de l’air ambiant, l’humidité de l’air tombe sous forme d’eau de condensation. Les mousses en FEF et PEF d’épaisseur appropriée empêchent cette formation d’eau de condensation au niveau de l’installation. Grâce à leur « frein-vapeur » intégré, elles empêchent en même temps la pénétration de l’humidité dans le matériau isolant. Elles aident donc non seulement à maintenir les températures d’eau constantes et ainsi à protéger la surface des tuyaux, mais elles permettent aussi d’importantes économies d’énergie.

Faites attention aux lacunes

Utilisation d'un isolant à cellules fermées, pour réduire les ponts thermiques d’une installation technique et créer des économies d'énergie supplémentaires.

 

Contrôle de la condensation

Apprenez plus sur le comment prévenir la condensation dans le froid , réfrigération et de tuyau d’air conditionné.

Abonnez-vous à notre newsletter

Une fois par mois, vous recevez notre dernière publication et des recommandations sur l'isolation technique.